La sécurité est notre ADN

Plus de 100 ans pour votre sécurité

Le choix le plus sûr !

100 ans de BURG-WÄCHTER

Fondation

Le 25 novembre 1920 marque la naissance de BURG-WÄCHTER. Sous le nom de F. Buhl & Co., l'entreprise est fondée par Alfred Lüling et son oncle Ferdinand Buhl à Volmarstein. Avant de lancer sa propre production, l'entreprise distribue des cadenas de Burg. Dans les années 1920, l'entreprise connaît une croissance constante. En 1927, elle acquiert son premier véhicule d'entreprise, un Hanomak à une porte. Avec une vitesse de pointe de 60 km/h, les clients sont livrés dans toute l'Allemagne.

Sous-rubrique

Ligne de temps

Nouvelle patrie

Der Bereich TSE (Türschlosselektronik), zu dem später auch die secuENTRY Serie zählt, entsteht. Damit bieten Türschlösser dank moderner Elektronik mehr Komfort. Denn einen Schlüssel kann man nicht mehr verlieren, verlegen oder verleihen. Stattdessen öffnet man die Tür der eigenen vier Wände oder des Büros ganz bequem per Code oder Fingerabdruck.Im Zuge der deutschen Einheit wird schon 1990 ein Auslieferungslager in Bitterfeld eröffnet. Später kommt Wismar als Produkstionsstandort dazu. Die Räumlichkeiten in der alten Firmenzentrale werden zu klein. So bezieht BURG-WÄCHTER 1995 die neue Firmenzentrale (Foto) sowie die neue Produktion. Dabei bleibt die Firma seinem Stammsitz in Wetter-Volmarstein treu.

de Patrick Depuhl

BURG-WÄCHTER - une histoire de "petites" et de "grandes" valeurs

Il y a 101 ans. 1920. La Grande Guerre n'est pas encore terminée. Les conséquences sont partout visibles et perceptibles. Quarante pays et près de 70 millions de soldats se sont affrontés. - La fin est à la fois une catastrophe et une délivrance.
Comme si cela ne suffisait pas, un virus frappe, la mère de toutes les pandémies s'appellera plus tard : la grippe espagnole traverse le monde en trois vagues et fait encore une fois près de 50 millions de morts.
Le monde est agité. Plein d'agitation et d'insécurité : bain de sang devant le Reichstag. Kapppusch et émeute de la retraite avec 50 000 hommes armés.
Parallèlement, l'art se réveille : le blues est enregistré pour la première fois sur disque et le premier disque de jazz sort en Allemagne. Karl May est adapté pour la première fois au cinéma (muet) et Zorro apparaît à l'écran.
Au pied de la colline des ruines du château de Volmarstein - l'année n'est pas encore tout à fait terminée - Alfred décide d'ouvrir une nouvelle ère : Il démarre son entreprise avec un "outil du futur" - une agrafeuse à levier et à vis. Les prédécesseurs westphaliens des cadenas existent déjà depuis 1750 - Depuis 1890, avec Friedrich Wilhelm, c'est le BURG de la vallée de la Ruhr qui est au départ - et un Lüling à l'œuvre. Mais à partir de maintenant, en 1920, avec Alfred Lüling, le château est gardé : BURG-WÄCHTER.
Le château dans l'œil, le château dans l'esprit, Alfred prend finalement presque la décision d'exploiter les cadenas et décide de décrypter le cadenas comme objet de démonstration. En 1922, on peut l'acheter pour des prix incroyables allant de 146,20 marks à 675,20. Mais il faut bien l'avouer : En raison de l'inflation, cela résonne plus dans l'oreille que dans la caisse. Dans les années qui suivent, la production et la distribution se développent : en 1927, la première voiture à pneus pleins est lancée afin de décrocher des contrats.
Dans les années 30, la guerre suivante éclate et la vente est temporairement suspendue. - Mais une fois l'horreur passée, le développement se poursuit rapidement : dans une cave sous le garage. Et peu à peu, la génération suivante entre en jeu : Alfred. Adalbert. Friedhelm. Des noms comme des poèmes. Fin 1960, on compte une centaine de collaborateurs et, en cas de "besoin", les dames du bureau donnent un coup de main sur les fraiseuses. (Je pense que c'est encore le cas aujourd'hui - n'est-ce pas ?)
Mais malgré toute la nouveauté des années 60, les images publicitaires colorées pour les serrures en laiton et le nouveau siège de la serrure à Meinerzhagen-Valbert, il y a des moments sombres. Alfred meurt en 1960, puis Alfred Junior en 1964, à l'âge de 39 ans. On se souvient toujours que certains trésors peuvent être protégés, mais que la vie en soi est entre d'autres mains. - Les "petites" valeurs, les biens, peuvent être enfermés et verrouillés. - Les grandes valeurs, l'ici et maintenant et ce qui est à venir, l'éternel, la vie en soi, doivent être vécues. Ce qui est le plus précieux reste gratuit - et en même temps inestimable.
Il y a déjà 50 ans que le gardien du château existe. Voilà que les coffres-forts arrivent. Et les plus beaux font penser à un téléphone encombrant : ils ont un cadran avec une serrure à deux tours qui enferme 17.000.000 de combinaisons de fermeture ; plus d'un cambrioleur aura pensé à cela : Pas de connexion sous cette fermeture.

Mon premier Burgwächter était une petite caisse bleue. Haut en couleur et d'un style stable. Dans les années 60, elles ressemblaient déjà à ce qu'elles sont encore aujourd'hui. - Mais les boîtes aux lettres Burg-wächter. C'est là que les concepteurs s'éclatent. Ce sont des bijoux sur le mur de la maison, dans l'air du temps. Des boîtes aux lettres en fonte et en plastique. Bien sobres comme Cologne et Francfort, arrondies comme la "Soft-Line" de Kiel ou - disons plutôt des modèles rustiques et expressifs - comme Vienne et Athènes, Paris avec le "chapeau de Napoléon" ou la boîte aux lettres américaine avec drapeau de signalisation pivotant. - Ce sont des témoins de l'époque de ce que nous pourrions appeler "l'art du quotidien". - En voyant certains modèles de boîtes aux lettres et designs d'autrefois, certains se demandent : Comment ont-ils fait ça ? - Et l'autre se demande : pourquoi ? Pourquoi ont-ils fait ça ?
En 1984, une nouvelle génération de Lüling entre en jeu : Harald. Dietmar. Reinhard. On a du mal à croire que cela fait déjà 37 ans - jusqu'à ce que l'on voit les coiffures. On comprend alors au premier coup d'œil que c'était une autre époque.
Avec la réunification en 1990, l'entreprise est immédiatement repartie dans toute l'Allemagne pour défendre ses valeurs et son buffet de pain de mie à Bitterfeld - et bientôt pour produire à Wismar. Et puis l'internationalisation s'accélère : il y a 25 ans, la Roumanie. Il y a un peu plus de 15 ans, la Chine, il y a un peu moins de 10 ans, la France et l'Angleterre.
La prochaine production des Lüling entre en scène à peu près à la même époque : Christopher, Gerrit et Lennart. Et une fois de plus, ils travaillent côte à côte avec la génération précédente. Comme lors de leur création en 1920, une pandémie entre en jeu pour le centenaire de 2020. La création continue, mais la célébration devra attendre un peu.
Le grand regard sur 100 plus 1 ans permet de voir ce qui change et ce qui reste. Tout devient de plus en plus international et électronique, numérique. Avec les empreintes digitales, les transpondeurs et les montres intelligentes. La question qu'il faut sans cesse se poser est la suivante : qu'est-ce que l'on peut verrouiller et comment, afin de construire l'avenir en toute sécurité. Et peut-être aussi : n'y aura-t-il peut-être pas de fauteuil de chef dans la cinquième génération, mais pour la première fois un fauteuil de chef ?
En même temps, nous savons que les châteaux n'existent que parce que le monde n'est pas parfait.
Dans le royaume des cieux, il n'est question que d'une seule clé. Pierre se la voit remettre par Jésus en ces termes : "Je te donnerai la clé qui ouvre la nouvelle réalité de Dieu". (Traduction de la Bible : Le Livre - Matthieu 16,19)
Effectivement. Les trésors les plus précieux ne se laissent pas enfermer, mais seulement ouvrir. C'est l'ouverture qui permet d'accéder à des valeurs vitales telles que la richesse des idées, le trésor des connaissances ou la capacité d'imagination.
La clé d'une bonne vie, c'est d'être ouvert : Être ouvert d'esprit.
Reconnaissance envers la vie, envers les personnes qui nous entourent et, je crois, reconnaissance envers l'autre qui tient les clés de notre vie entre ses mains. Merci Dieu pour la vie. Pour la joie des couleurs et pour les boîtes aux lettres. Pour les racines et la patrie, la famille et les personnes qui nous entourent et qui nous font du bien. Pour Noël, ton anniversaire - et aujourd'hui aussi pour 101 années de sécurité dans les châteaux.
Dommage que le châtelain de Volmarstein n'ait eu à l'époque que des gardes du corps, mais pas de gardien de château. Si c'était le cas, nous aurions certainement encore un château aujourd'hui - et pas seulement des ruines.